Modèles d'évaluation des risques d'inondation

Identifiez les risques d'inondation et prenez des photos pour rédiger des rapports d'évaluation détaillés à l'aide d'une application d'évaluation des inondations.

Published 19 Mai 2022

Qu'est-ce qu'une évaluation des risques d'inondation ?

L'EPRI (Évaluation préliminaire des risques d'inondation) fait l'état des lieux de l'exposition des enjeux (santé humaine, activité économique, patrimoine culturel, environnement) aux risques d'inondation sur chaque grand district hydrographique.

 

Cet article aborde les points suivants :

Quels sont les risques d’inondation ?

Les risques d’inondation sont des risques associés aux inondations. Ils sont divisés en trois catégories : primaire, secondaire et tertiaire. Les risques primaires sont ceux qui sont causés par le contact direct avec les eaux de crue. Les risques secondaires sont ceux causés par l’inondation. Alors que les risques tertiaires sont les changements à long terme qui se produisent en raison de l’inondation.

Le tableau ci-dessous montre les risques d’inondation regroupés en fonction de leurs effets :

Primaire

Secondaire

Tertiaire

Transport de grosses particules ou d’objets tels que des automobiles, des maisons et des ponts, causé par la vitesse élevée de l’eau.

Perturbation des services (par exemple, le gaz et l’électricité, l’eau et les systèmes de transport).

Modification de l’emplacement des canaux fluviaux en raison des inondations. De nouveaux canaux peuvent se développer, laissant les anciens canaux s’assécher.

Érosion massive causée par les eaux de crue.

Les risques sanitaires tels que la famine et les maladies

Destruction de terres agricoles en raison du dépôt de sédiments transportés par les eaux de crue.

Dégâts des eaux sur les structures construites par l’homme

 

Perte d’emploi due à l’interruption des services, à la destruction de l’entreprise.

Les eaux de crue transportent davantage de sédiments sous forme de charge en suspension, ce qui entraîne le dépôt de sédiments dans la zone inondée lorsque les eaux de crue se retirent.

 

Augmentation des taux d’assurance

Perte de récoltes et emportement ou noyade de bétail, d’animaux domestiques et d’autres animaux.

 

Corruption résultant de l’utilisation abusive des fonds de secours

Les personnes emportées ou noyées par l’eau de l’inondation.

 

Destruction de l’habitat des animaux sauvages

Concentration d’ordures, de débris et de polluants toxiques par les eaux de crue.

   

Étapes de l’évaluation des risques d’inondation

La réalisation d’une évaluation des risques d’inondation implique un processus systématique avant de prendre toute décision importante. Voici les trois étapes essentielles de la réalisation d’une évaluation complète des risques d’inondation :

Évaluation des risques d'inondation

Évaluation des risques d’inondation

Étape 1 : Cartographie et planification des inondations

Une fois que vous avez identifié que vous vous trouvez dans une zone inondable de probabilité moyenne à élevée, vous commencerez par la phase de planification et d’évaluation préliminaire. Cette étape comprend la cartographie détaillée du site, en mettant l’accent sur les zones à risque d’inondation. Elle implique également un examen des inondations qui ont eu lieu et de celles qui pourraient avoir lieu à l’avenir.

Étape 2 : Identification des sources de risques d’inondation

La partie la plus essentielle de la réalisation d’une EPRI est de déterminer la vulnérabilité du site par rapport à toute occurrence d’inondation. Les risques d’inondation peuvent être naturels ou artificiels.

Voici 8 sources majeures de risques d’inondation à prendre en compte lors de l’évaluation :

  1. Fluvial – également connue sous le nom d’inondation fluviale, elle se produit lorsqu’un fleuve ou une rivière à proximité n’est pas en mesure d’absorber l’eau, ce qui provoque un débordement de ses berges jusqu’au continent.
  2. Littoral – Ce phénomène est dû à de mauvaises conditions météorologiques telles que les marées hautes, les tempêtes et les ondes de tempête qui font monter le niveau de la mer.
  3. Canaux – Les inondations se produisent lorsque les canaux sont endigués au-dessus du niveau du sol environnant et lorsque la structure de retenue cède.
  4. Eaux souterraines – Ce phénomène se produit lorsque la nappe phréatique s’élève au-dessus du niveau du sol, généralement après une longue période de pluies continues.
  5. Réservoirs et plans d’eau – Les grands plans d’eau ou réservoirs sont utilisés pour retenir l’eau en période d’inondation. Toutefois, les réservoirs et les plans d’eau peuvent déborder, ce qui peut entraîner un déversement rapide de l’eau dans les plaines inondables.
  6. Ruissellement – inondation progressive des zones de faible altitude après des pluies prolongées et intenses. Cela se produit lorsque les capacités des infrastructures d’infiltration et de drainage du sol sont dépassées et inadéquates.
  7. Égouts – Les inondations dues aux égouts sont dues à des débits excessifs ou à des blocages dans les infrastructures telles que les regards et les bouches d’égouts, qui peuvent également générer des écoulements de surface.
  8. Effet du développement sur un bassin versant plus large – Les bassins versants ou bassins hydrographiques sont des zones de terre où une rivière ou un lac recueille l’eau de pluie. L’aménagement des bassins versants peut augmenter les flux dans les réseaux d’égouts.

Étape 3 : Atténuation des risques d’inondation

La dernière étape d’une évaluation des risques de catastrophe consiste à définir des mesures d’atténuation pour traiter et réduire les risques d’inondation à des niveaux acceptables. Cela comprend l’installation de défenses contre les inondations pour contrôler les effets négatifs potentiels des eaux de crue, la gestion des risques résiduels et l’amélioration des systèmes et des infrastructures hydrauliques.

Qu’est-ce qu’un rapport sur les risques d’inondation ?

Un rapport sur les risques d’inondation, ou rapport d’évaluation des risques d’inondation, est un document complet qui détaille le risque d’inondation d’un site. Il est utilisé par les autorités locales de planification, les investisseurs immobiliers et les promoteurs pour comprendre le risque qu’une inondation d’une intensité particulière se produise sur une longue période de temps. Un rapport d’évaluation des risques d’inondation peut révéler comment les risques d’inondation peuvent être contrôlés, comment une planification urbaine appropriée peut être employée et comment la qualité de vie peut être améliorée.

Comment évaluer les risques d’inondation avec iAuditor

S’il s’agit d’eaux fluviales ou de rivières, d’eaux pluviales ou de surface, de marées ou de mer, d’eaux souterraines ou de toute autre source principale de risque d’inondation pour le site, iAuditor de SafetyCulture peut vous aider à évaluer plus efficacement les risques d’inondation. iAuditor est un outil d’évaluation des risques facile à utiliser qui vous permet de prendre des photos des risques d’inondation, d’enregistrer des notes détaillées et de générer des rapports complets sur place.

Pendant que vous êtes encore sur place, les rapports d’évaluation des risques d’inondation peuvent être instantanément partagés avec les principales parties prenantes et vous pouvez voir quels sites sont les plus exposés aux inondations grâce aux analyses d’iAuditor. Pour vous aider à démarrer, nous avons créé un modèle d’évaluation des risques d’inondation et une liste de contrôle de l’évaluation des risques d’inondation que vous pouvez télécharger et personnaliser gratuitement.

Une évaluation des ressources naturelles devrait être effectuée pour tous les projets immobiliers dans une zone d’inondation à probabilité moyenne ou élevée. Chaque zone d’inondation représente la probabilité d’une inondation fluviale et maritime sans la présence de défenses contre les inondations telles que les barrages, les réservoirs et les digues, entre autres. Utilisez l’outil ERRIAL pour évaluer l’état des risques réglementés pour l’information des acquéreurs et des locataires et savoir dans quelle zone d’inondation se trouve votre projet.

Le PPRI  (Plan de prévention des risques d’inondation) constitue l’un des principaux outils de la prévention du risque inondation. Il sert à réglementer le développement de l’urbanisation dans les zones à risque. Comme les autres plans de prévention des risques naturels, les PPRI sont issus de la loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement dite Loi Barnier, et sont encadrés par les articles L.562-1 à L.562-12 du code de l’environnement.

Le PPRI est élaboré par les services de l’Etat, sous l’autorité du préfet de département, qui l’approuve après consultation des communes et enquête publique. Le PPRI devient alors une servitude d’utilité publique et doit être annexé au plan local d’urbanisme auquel il devient opposable.

Les évaluations des risques d’inondation peuvent prendre entre 20 et 25 jours et dépendent toujours de la charge de travail de l’agence environnementale.